À propos

À propos2018-08-07T13:09:09+00:00

HISTORIQUE DU
CIMETIÈRE ST-JEAN-SUR-RICHELIEU

Il faudra cinq années de démarches et d’efforts  de la part de Félix-Gabriel Marchand, assisté d’une équipe de syndic pour la requête officielle du 25 mai 1826 pour la construction d’une église à St-Jean-sur-Richelieu.

L’église sera terminée à l’automne 1828 et la bénédiction aura lieu le 10 novembre sous le vocable de St-Jean l’Évangéliste. La pratique habituelle d’avoir un cimetière tout près de l’église existait à St-Jean l’Évangéliste comme il en est fait mention à quelques reprises dans la correspondance des deux premiers curés. L’église et son cimetière adjacent sont alors rue Jacques-Cartier.

Pourtant dès 1831, la Fabrique achète six arpents de terre pour un cimetière qui sera alors situé rue Laurier où sera construite plus tard l’école Notre-Dame du Sacré Cœur. Le terrain sera clôturé et une croix y sera installée. Le cimetière de la rue Jacques-Cartier cessera son activité le 13 juillet 1844 et les corps seront exhumés pour être ensevelis rue Laurier. Ce nouveau cimetière sera en opérations une cinquantaine d’années.

Sans doute à cause de la proximité des habitations et de l’accroissement de la population, la Fabrique autorise l’achat d’un terrain le 4 novembre 1883 sur la rue St-Jacques. Le terrain sera béni  à l’été 1885. Il est impossible de déterminer la date exacte à laquelle on n’utilisera plus le cimetière de la rue Laurier mais avec l’envahissement progressif des constructions il a fallu procéder à l’exhumation et au déménagement des corps vers le cimetière de la rue St-jacques. La fabrique fait la demande d’exhumation le 10 avril 1910 et les familles pourront commencer les exhumations le 1 septembre 1910. Cette opération prendra fin en janvier 1911.

En 1988, la fabrique cède le terrain à un  organisme à but non lucratif qui en assure la gestion. Dorénavant, tout en respectant son passé catholique, le cimetière devient non confessionnel. À compter de l’an 2000, la nouvelle corporation développe de nouveaux modes d’inhumation : les Jardins du columbarium et la Colline boisée incluant Arbre de vie, Sentier du souvenir et columbarium. Plus de 25 000 personnes reposent aujourd’hui au cimetière.

MISSION

Les statuts de la corporation prévoient que les objets pour lesquels elle a été constituée sont, notamment, les suivants :

  • voir à la disposition des corps humains ou de leurs cendres et notamment concéder, vendre ou acheter des terrains et lots, construire crématoriums ou columbariums, ou autres installations pouvant devenir utiles ou nécessaires à la bonne gestion du cimetière, entretenir tels terrains, lots crématoriums ou columbariums.
  • voir à l’inhumation ou la crémation des corps humains.
  • recevoir des dons, legs et autres contributions de même nature, en argent, en valeurs mobilières ou immobilières, administrer tels dons, legs ou contributions, organiser des campagnes de souscription dans le but de recueillir des fonds pour les objets ci-haut décrits.